Un regard amusé sur l'actualité
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

La Terre est petite comme une orange
1 octobre, 2015, 9 h 26 min
Classé dans : Non classé

Je suis un abonné des voyages en avion. A tel point qu’aujourd’hui, je ne regarde même plus par le hublot lorsque je suis en déplacement. Mais heureusement, il y a plusieurs façons de jouir du ciel, et j’ai testé l’une d’elles pas plus tard que le week-end dernier. En effet, je me suis laissé tenter par un baptême de l’air au plus près des éléments, à bord d’un ULM pendulaire : une sorte de char motorisé relié à une voile. Et comme vous allez le voir, les sensations sont extrêmement différentes de celles d’un A320 ! L’écart se voit d’emblée dès l’arrivée : le tarmac de l’aéroclub n’a rien à voir avec le tarmac habituel : c’est une vaste piste d’herbe ; on est loin de l’univers grisâtre d’un aéroport, ça a même un petit côté rustique. Mais c’est une fois en l’air qu’on découvre toute la différence. Le décollage se fait tout en douceur, et l’on a à peine d’en profiter que l’ULM s’élève déjà dans les hauteurs. Le ronronnement du moteur couvre les voix et le pilote s’occupe de contrôler l’engin, mais oreillettes et micro permettent de pallier à cet inconvénient. Voler en ULM pendulaire offre cet incroyable avantage d’être en plein air, ce qui augmente singulièrement les sensations, et l’appareil ne va pas à plus de 150 km/h, ce qui laisse tout le temps d’apprécier le paysage. Si vous n’avez jamais effectué un tel vol, vous ne pouvez deviner combien notre monde peut être inhabituel à 100 mètres à peine d’altitude ! Tout est si insignifiant depuis les airs : les autoroutes, les arbres, les hommes… Le monde devient irréel. Et il y a également tout ce qui est impossible à voir lorsqu’on est sur la terre ferme : fermes isolées, étangs cachés, cours de fermes… Lors du vol, il n’y a aucune sensation de vertige (cela dit, il vaut mieux maintenir les yeux plus sur l’horizon, parce qu’on peut ne pas vraiment supporter la sensation d’altitude si on regarde trop directement le sol en dessous). Et une fois qu’on s’est habitué au tapage du moteur, une rare sensation de sérénité vous envahit, qui rapproche l’expérience d’une séance de méditation. Malheureusement, ça s’est fini beaucoup trop vite à mon goût, et au bout de trente minutes nous avons retrouvé le sol. Mais qu’importe, je suis bien décidé à le refaire un de ces jours. Vous voulez plus d’informations ? Allez sur http://www.baptemedelair.name

12063081_142323522784604_1566781756_n

Commentaires fermés


Le missile du MH17
1 octobre, 2015, 9 h 23 min
Classé dans : Non classé

Le gouvernement néerlandais considère qu’une nouvelle enquête internationale sur le crash du Boeing malaisien en Ukraine permettrait une meilleure coopération entre les Etats concernés. Le gouvernement néerlandais mène des négociations sur la possibilité d’enquêter sur le crash du Boeing le 17 juillet dernier dans le Donbass ukrainien dans le cadre de la Cour internationale de justice, rapporte l’agence Reuters citant les sources proches de la situation. « La Cour internationale de justice serait la meilleure option. Nous espérons que cela permettrait à tous les pays (concernés par l’affaire) de mieux coopérer », a fait savoir un haut fonctionnaire du gouvernement néerlandais désireux de conserver l’anonymat. Un Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s’est écrasé le 17 juillet 2014 dans la région de Donetsk, en proie à des conflits entre les insurgés et l’armée ukrainienne. 298 personnes, dont 85 enfants, ont péri dans le crash. Les autorités de Kiev ont accusé les insurgés d’avoir abattu le Boeing malaisien. Ceux-ci ont pourtant affirmé qu’ils ne disposaient pas de moyens techniques permettant d’abattre un avion volant à une telle altitude. Le 10 septembre 2014, les Pays-Bas ont rendu public un rapport préliminaire sur la catastrophe. Les experts ont confirmé que l’avion s’était désintégré en plein vol en raison des « dommages structurels provoqués par l’impact extérieur de nombreux projectiles à haute énergie ». Cependant, l’origine de ces projectiles n’a pas été précisée.

Commentaires fermés


L’Etat Islamique crée sa monnaie
1 octobre, 2015, 9 h 22 min
Classé dans : Non classé

Des pièces en or, en argent et en cuivre sont désormais utilisées par l’EI sur les territoires irakiens et syriens qu’il contrôle. Le groupe terroriste Etat islamique a mis en circulation sa propre monnaie, le « dinar islamique », qui vaudrait environ 139 dollars, rapporte le quotidien britannique The Telegraph. Les premières photos de cette monnaie ont été diffusées sur Twitter par un activiste hostile à l’Etat islamique demeurant dans la ville syrienne de Raqqa, occupée par les djihadistes. On ne voit aucun billet mais des pièces en or, en argent et en bronze sur lesquelles figurent les inscriptions «Etat islamique» et «Califat», ainsi que le poids et la valeur de la monnaie. L’EI a déclaré son intention de frapper ses propres pièces encore en novembre dernier. Selon Daech, cette monnaie vise à remplacer «le système monétaire tyrannique imposé aux musulmans» et à les libérer du «mercantilisme et de l’oppression économique satanique», autrement dit, s’affranchir du dollar américain. Créé en 2006 en Irak, l’EI a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Ce groupe qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, poursuit son offensive. L’Etat islamique rejette la notion de frontières et n’a pas de véritables institutions. Pourtant, il tente de s’imposer comme une entité musulmane légitime avec un hymne, un drapeau, une armée et désormais une monnaie.

Commentaires fermés

h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Renardvoyageur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sharpay10
| Moidu38120
| Chezlora