Un regard amusé sur l'actualité

La Terre est petite comme une orange
1 octobre, 2015, 9 h 26 min
Classé dans : Non classé

Je suis un abonné des voyages en avion. A tel point qu’aujourd’hui, je ne regarde même plus par le hublot lorsque je suis en déplacement. Mais heureusement, il y a plusieurs façons de jouir du ciel, et j’ai testé l’une d’elles pas plus tard que le week-end dernier. En effet, je me suis laissé tenter par un baptême de l’air au plus près des éléments, à bord d’un ULM pendulaire : une sorte de char motorisé relié à une voile. Et comme vous allez le voir, les sensations sont extrêmement différentes de celles d’un A320 ! L’écart se voit d’emblée dès l’arrivée : le tarmac de l’aéroclub n’a rien à voir avec le tarmac habituel : c’est une vaste piste d’herbe ; on est loin de l’univers grisâtre d’un aéroport, ça a même un petit côté rustique. Mais c’est une fois en l’air qu’on découvre toute la différence. Le décollage se fait tout en douceur, et l’on a à peine d’en profiter que l’ULM s’élève déjà dans les hauteurs. Le ronronnement du moteur couvre les voix et le pilote s’occupe de contrôler l’engin, mais oreillettes et micro permettent de pallier à cet inconvénient. Voler en ULM pendulaire offre cet incroyable avantage d’être en plein air, ce qui augmente singulièrement les sensations, et l’appareil ne va pas à plus de 150 km/h, ce qui laisse tout le temps d’apprécier le paysage. Si vous n’avez jamais effectué un tel vol, vous ne pouvez deviner combien notre monde peut être inhabituel à 100 mètres à peine d’altitude ! Tout est si insignifiant depuis les airs : les autoroutes, les arbres, les hommes… Le monde devient irréel. Et il y a également tout ce qui est impossible à voir lorsqu’on est sur la terre ferme : fermes isolées, étangs cachés, cours de fermes… Lors du vol, il n’y a aucune sensation de vertige (cela dit, il vaut mieux maintenir les yeux plus sur l’horizon, parce qu’on peut ne pas vraiment supporter la sensation d’altitude si on regarde trop directement le sol en dessous). Et une fois qu’on s’est habitué au tapage du moteur, une rare sensation de sérénité vous envahit, qui rapproche l’expérience d’une séance de méditation. Malheureusement, ça s’est fini beaucoup trop vite à mon goût, et au bout de trente minutes nous avons retrouvé le sol. Mais qu’importe, je suis bien décidé à le refaire un de ces jours. Vous voulez plus d’informations ? Allez sur http://www.baptemedelair.name

12063081_142323522784604_1566781756_n

Commentaires fermés





h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Renardvoyageur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sharpay10
| Moidu38120
| Chezlora