Un regard amusé sur l'actualité

La cohérence croissante
1 mars, 2016, 15 h 46 min
Classé dans : Non classé

Il faut s’occuper d’abord du caractère de cohérence croissante. La conduite des êtres dont l’organisation est simple contraste beaucoup avec la conduite des êtres dont l’organisation est développée, en ce sens que les parties successives n’ont qu’une faible liaison. Les mouvements qu’un animalcule fait au hasard n’ont aucun rapport avec les mouvements qu’il a faits un moment auparavant et n’ont aucune influence déterminée sur les mouvements produits aussitôt après. Les tours et détours que fait aujourd’hui un poisson à la recherche de la nourriture, bien qu’ils offrent peut-être par leur adaptation à la capture de différents genres de proies aux différentes heures un ordre légèrement déterminé, n’ont aucune relation avec ses tours d’hier et ceux de demain. Mais des êtres déjà plus développés, comme les oiseaux, nous montrent,–dans la construction de leurs nids, la disposition des oeufs, l’éducation des jeunes et l’assistance qu’ils leur donnent quand ils commencent à voler,–des suites de mouvements formant une série liée qui s’étend à une période considérable. En observant la complexité des actes accomplis pour se procurer et fixer les fibres du nid, ou pour capturer et apporter aux petits chaque portion de leur nourriture, nous découvrons dans les mouvements combinés une cohésion latérale aussi bien qu’une cohésion longitudinale. L’homme, même à son état le plus inférieur, déploie dans sa conduite des combinaisons beaucoup plus cohérentes de mouvements. Par les manipulations laborieuses nécessaires pour la fabrication d’armes qui serviront à la chasse l’année prochaine, ou pour la construction de canots ou de wigwams d’un usage permanent, par les actes d’agression ou de défense qui se relient à des injustices depuis longtemps subies ou commises, le sauvage produit un ensemble de mouvements qui, dans quelques-unes de ses parties, subsiste pendant de longues périodes. Bien plus, si on considère les divers mouvements impliqués par les transactions de chaque jour, dans le bois, sur l’eau, dans le camp, dans la famille, on voit que cet agrégat cohérent de mouvements se compose lui-même de divers agrégats plus petits, qui ont leur cohésion particulière et s’unissent à leurs voisins. Chez l’homme civilisé, ce trait du développement de la conduite devient bien plus remarquable encore. Quelle que soit l’affaire dont il s’occupe, son action enveloppe un nombre relativement considérable de mouvements dépendants; jour par jour, la conduite se continue de manière à montrer une connexion entre des mouvements actuels et des mouvements accomplis depuis longtemps, aussi bien que des mouvements destinés à se produire dans un avenir éloigné. Outre les diverses actions, liées les unes aux autres, par lesquelles le fermier s’occupe de son bétail, dirige ses laboureurs, surveille sa laiterie, achète ses instruments, vend ses produits, etc., le fait d’obtenir et de régler son bail implique une combinaison de mouvements nombreux dont dépendent les mouvements des années suivantes. En fumant ses terres pour en augmenter le rendement, ou en établissant des drainages pour la même raison, il accomplit des actes qui font partie d’une combinaison cohérente relativement étendue. Il en est évidemment de même du marchand, du manufacturier, du banquier. Cette cohérence ainsi accrue de la conduite chez les hommes civilisés nous frappera bien davantage si nous nous rappelons que ses éléments sont souvent maintenus dans un arrangement systématique pendant toute la vie, avec l’intention de faire fortune, de fonder une famille, de gagner un siège au Parlement.

Commentaires fermés





h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Renardvoyageur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sharpay10
| Moidu38120
| Chezlora