Un regard amusé sur l'actualité

11 milliards d’êtres humains
28 juin, 2017, 16 h 55 min
Classé dans : Non classé

En 2100, la population mondiale se chiffrera à 11,2 milliards de personnes, selon l’Onu. L’Onu annonce que d’ici 2100 la population mondiale atteindra les 11,2 milliards d’habitants. Le nombre des personnes âgées de 60 ans ou plus devrait par ailleurs plus que doubler à la même échéance. La population vieillissante, selon le rapport, passer ainsi de 962 millions en 2017 à quelque 2,1 milliards en 2050 et 3,1 milliards en 2100. L’Inde, avec une population actuelle de 1,3 milliard de personnes, deviendra l’État le plus peuplé du monde d’ici environ sept ans, devant la Chine, actuellement habitée par 1,4 milliard de personnes. Le Nigeria, qui connaît une croissance démographique très rapide, devrait supplanter les États-Unis en troisième position d’ici 2050. Dans les 33 prochaines années, la moitié de la croissance démographique dans le monde sera assurée par neuf pays: l’Inde, le Nigeria, la République démocratique du Congo, le Pakistan, l’Éthiopie, la Tanzanie, les États-Unis, l’Ouganda et l’Indonésie. Le nombre des personnes âgées de 60 ans ou plus doit par ailleurs plus que doubler à la même échéance. La population vieillissante, selon le rapport, doit ainsi passer de 962 millions en 2017 à quelque 2,1 milliards en 2050 et 3,1 milliards en 2100.

Commentaires fermés


Comme Out of Africa
22 juin, 2017, 11 h 08 min
Classé dans : Non classé

La semaine dernière, j’ai eu la chance d’effectuer un (très) bref voyage en Afrique du Sud. Je n’ai pas eu le temps de découvrir toutes les merveilles du pays lors de cette visite-éclair, mais j’ai tout de même pris le temps d’y réaliser une activité originale : un baptême de l’air en hélicoptère, au cours duquel j’ai pu découvrir la « garden route », ou terre des lacs. Avec un pilote très versé en géologie, qui a pu m’expliquer en détail la topologie du lieu. Moins connue que d’autres sites (je pense notamment aux parcs nationaux et aux grandes villes), cette terre mérite pourtant d’être connu. Elle se trouve à mi-chemin le long de la côte méridionale d’Afrique du Sud, entre les villes de Cape Town et Port Elizabeth ; là, le littoral maritime et les chaînes de montagnes mordent sur la plaine côtière. Par endroits, cette dernière ne mesure plus que 5 kilomètres de large. La rapidité des flux marins, alliée aux vents prédominants portés par les courants chauds de l’océan Indien, a façonné une région d’une rare beauté. L’endroit est assez difficile à décrire. Ce qui marque lorsqu’on le survole, c’est la concentration de forêts, lacs, montagnes, rivières, plages, falaises et lagons. Une telle concentration est plutôt rarissime sur notre planète. Les terres qui séparent les montagnes de la mer forment une plaine située à 200 mètres au-dessus du niveau marin. À l’extrémité sud de cette plaine, les terres escarpées enjambent les falaises pour se jeter dans le ressac en contrebas, ou dévalent des promontoires boisés jusqu’aux sols sablonneux des étendues côtières. Des rivières aux eaux brunâtres teintées de tanin sillonnent dans des vallées encaissées qui quadrillent en quelque sorte la plaine supérieure. À Kansan, la rivière se déverse dans la mer au travers de deux impressionnantes falaises connues sous le nom de Knysna Heads (Têtes de Knysna). Ailleurs, des bancs de sable obstruent fréquemment les bouches de la rivière les mois de sécheresse. Au centre de la région, la Garden Route entame sa descente vers l’Est. Cette chaîne de cinq lacs s’est formée dans les vallées – de Wilderness à Knysna – entre la mer et les monts Outeniqua. L’action conjuguée du vent et des marées est sans doute à l’origine de la formation de ces vallées. Si cette vallée est parfaitement préservée, l’homme y a pourtant vécu, comme me l’a appris mon guide-pilote lors de notre excursion. D’après des fouilles archéologiques, il est fort probable que l’homme moderne (l’Homo sapiens sapiens) ait initialement vécu dans cette région. Nos marqueurs génétiques confirment cette hypothèse. Sur la côte, des cavernes renferment les restes de squelettes identiques aux nôtres, mais datant de plus de 100000 ans. Certains affirment avoir découvert l’un des tout premiers exemples d’art primitif sur une pierre de 77000 ans. Plus récemment, les San (Bushmen) ont produit d’admirables peintures représentant des créatures dotées de torses humains et de queues fourchues, semblables à des sirènes pour certaines et à des martinets ou hirondelles pour d’autres. Il est probable que je doive retourner sous peu en Afrique du Sud (dans le cadre de mon travail, là aussi). Si c’est le cas, je ne manquerai pas de venir vous présenter mes dernières découvertes. Et, qui sait, je referai peut-être à cette occasion un vol en hélico. Je dois dire que l’expérience m’a bien plu, et qu’elle s’est révélée bien plus agréable pour profiter du paysage que le vol en avion. Toutes les infos sur http://www.vol-helicoptere.com

Commentaires fermés

h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Renardvoyageur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sharpay10
| Moidu38120
| Chezlora