Un regard amusé sur l'actualité
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2017

Une balade à San Antonio
28 décembre, 2017, 14 h 44 min
Classé dans : Non classé

Pfiou, je ne prends pas trop de risques en disant que personne ne risque d’oublier ce 8 novembre avant longtemps : le monde ne sera plus jamais le même après ça ! Pour ma part, lorsque Trumpy a fait mentir les sondages, je faisais un voyage de groupe à San Antonio. Et évidemment, le jour J, nous avons passé la soirée à suivre les événements en direct. C’est assez amusant, d’ailleurs. Dans l’ensemble, tous les participants prétendaient que c’est Clinton qui allait gagner cette élection : ils pensaient l’élection de Trump trop extravagante pour être possible. Mais en ce qui me concerne, c’était loin d’être aussi simple. Il me paraissait même de plus en plus clair depuis un moment que Clinton n’allait pas vaincre. Et ce, en dépit de ce qu’affirmaient les experts. En réalité, plus ils donnaient la démocrate gagnante avec 90% de chances, plus je restais sur mes positions. Ils avaient été incapables de pressentir la prouesse du républicain lors des primaires, par exemple : ils avaient montré leur incapacité à prédire cette élection. Le pourquoi de cette bérézina me paraît fondamental à comprendre. Mais c’est assez simple, en fin de compte : c’est parce qu’une partie de l’électorat de Trump était indétectable. Ce sont eux, selon moi, qui ont rendu sa victoire possible, peut-être même plus que ses véritables sympathisants. Ces votants clandestins n’approuvent pas nécessairement les provocations agressives du candidat, ni peut-être même ses propositions. Néanmoins, ils en ont ras-la-frange de l’establishment. Ils veulent remettre les choses à plat, et s’il y a bien un candidat qui en est capable, c’est bien ce candidat contestataire qui parle sans langue de bois. Mais savoir à quoi tout ça va aboutir, c’est une toute autre affaire. Depuis ces élections, nous fonçons dans l’inconnu… Pour finir sur une note plus légère, j’aimerais dire un mot sur ce voyage de groupe à SA. La destination en elle-même, mais aussi l’organisation et les sorties étaient vraiment excellentes. Je vous mets en lien l’agence qui l’a mis en place, si vous voulez creuser la question. Plus d’information sur ce voyage groupe à San Antonio en surfant sur le site de l’organisateur.

Commentaires fermés


Attaques perpétrées contre des civils en République centrafricaine
19 décembre, 2017, 12 h 10 min
Classé dans : Non classé

La Séléka, un mouvement rebelle majoritairement musulman composé de différentes factions affiliées de manière peu structurée, a continué à attaquer des civils et à faire de nombreux morts, souvent au prétexte de se protéger contre les anti-balaka. En septembre, les combattants de l’Union pour la Paix en Centrafrique, une faction de la Séléka, ont attaqué des villages sur la route reliant Kouango à Bianga, dans la province de Ouaka. En octobre, les forces de la Séléka ont attaqué et incendié un camp de personnes déplacées à Kaga-Bandoro, faisant au moins 37 victimes civiles, malgré la présence de Casques bleus de l’ONU. Au moins quatre personnes handicapées figuraient parmi les victimes. L’insécurité croissante dans la province de Nana-Grébizi a entraîné des dizaines d’attaques contre les organisations humanitaires internationales, commises par des groupes armés et des bandits d’août à octobre, entravant ainsi une aide vitale. Un groupe armé nommé 3R (pour « Retour, Réclamation et Réhabilitation »), composé de musulmans peuls, s’est constitué dans la province de Ouham-Pendé à l’ouest du pays, sous le commandement du Général Sidiki Abass. Les affrontements entre 3R et anti-balaka s’étant intensifiés en 2016, de nombreux civils ont été tués tant parmi les bergers peuls musulmans que les paysans non-musulmans. Des témoignages crédibles indiquent que les deux parties ont commis des viols, illustrant la problématique généralisée des violences sexuelles dans ce conflit, depuis 2013. Le groupe rebelle ougandais de l’Armée de résistance du Seigneur (Lord’s Resistance Army, LRA) est resté actif dans le sud-est, et selon certaines allégations le nombre de meurtres et d’enlèvements de civils a augmenté. Si la situation de la capitale, Bangui, s’est stabilisée fin 2015 après les violences des mois précédents, des milices armées ont violé ou agressé sexuellement au moins 25 femmes et filles dans le camp de personnes déplacées de M’poko et aux environs, entre septembre et décembre 2015. Dans certains cas, les auteurs de ces agressions ont affirmé violer les femmes et les filles pour les punir de leurs liens présumés avec des personnes de la communauté ennemie selon le clivage sectaire. Les survivantes de violences sexuelles sont restées confrontées à la stigmatisation, au rejet et à d’autres obstacles pour accéder aux services de base et à la justice.

Commentaires fermés

h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Renardvoyageur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sharpay10
| Moidu38120
| Chezlora